NE PLUS TRAVAILLER MAIS OEUVRER (pour soi et pour le monde)

oeuvrer pour soi et rayonner pour le monde©

Alors Marie, expliquez-nous ce que vous faites dans la vie, quel est votre travail ?

Bah moi, j’ai décidé d’arrêter de travailler, je ne travaille pas, mais j’œuvre!

C’est-à-dire?

Pour moi, le mot “travail” est lourd de sens, il a un très fort égrégore dans cette société, c’est très en force, très en lutte, très rapetissant, dans le mode de la survit. Alors j’ai décidé d’abandonner ce vocabulaire et ce travail avec des obligations, pour œuvrer.

Et j’œuvre pour un monde meilleur à mon niveau pour permettre à la conscience humaine de s’élever… éveiller les conscience, s’ouvrir à sa vraie nature à ses pleins potentiels! 🙂

ah bon ? Et comment vous faites ça ? ça veut dire quoi œuvrer pour un monde meilleur ? 

 Et bien déjà j’œuvre sur moi si on peut dire, je prends le temps de me transformer, de me déployer, prendre le temps d’être avec moi avant de commencer chaque journée, dans une vision globale, mon corps, mon esprit, mon âme.

Cela passe par l’observation de mes comportements, de mon fonctionnement, la transformation de certaines croyances, de certaines limitations. Et auprès des autres, c’est les aider à se libérer de certaines croyances, revenir à eux, les aider à mettre sur pause, à être en contact avec leur corps, leur âme, leur intuition, leur guidance. Les accompagner, les soutenir sur le chemin de l’éveil. Leur permettre de sortir des limitations et croyances qui les maintiennent dans quelque chose de petit. Les aider à se reconnaître, reconnaître leur valeur, leur potentiel, leur vraie nature dans une dimension globale de l’être (holistique quantique)… ça passe par des accompagnements de ce type !

Concrètement comment ça se passe, quels outils vous utilisez ?

Simplement la Présence : se poser à l’intérieur de soi, au creux de son cœur et s’ouvrir à sa Présence et être en présence à chaque instant le plus souvent possible. Ça permet de laisser la place à tout mon être, à la partie en moi qui sait, qui me guide. J’y ai accès par le silence intérieur de reliance, qui permet des guérisons, des transformations, de l’alchimisation des résistances.

Par ce biais, les gens prennent conscience qu’ils sont beaucoup plus vastes que leurs propres limites corporelles. Ils se remettent dans leurs pleines responsabilités, leurs pleins pouvoirs par rapport à leur vie. Des solutions leur viennent plus facilement dans les difficultés qu’ils rencontrent. En prenant le pouvoir sur leur vie, leurs responsabilités, ils ne sont plus en attente d’une solution extérieure, de quelqu’un qui leur dirait ce qu’ils doivent faire.

C’est redevenir son propre maitre. Dans la fluidité, dans le moindre effort, dans la non-discipline, car le mouvement de vie est discontinu..

Vous voulez dire Marie, que vous n’avez aucune discipline quotidienne ? Aucune pratique ?

Alors non, ce n’est pas tout à fait en ces termes… que ça se pose.

C’est-à-dire, que j’ai des pratiques dans ma besace qui me permettent d’être en contact avec ma Présence, de me relier à la source en moi. Mais je ne le fais jamais (enfin j’essaye) dans une discipline liée à l’effort.

Par exemple, c’est bien le matin avant de commencer sa journée, mais si un jour ce n’ai vraiment pas OK pour moi, si je suis trop agité, j’observe ça, j’accueille et je lâche. Et je fais ce qui est de plus facile pour moi ce jour-là et peut être qu’à un autre moment je vais aller m’asseoir… méditer ou je vais aller marcher ou je vais suivre un autre élan, une autre intuition et ça va m’emmener à un autre endroit, ça va m’emmener à un début de cours de tchi-quong en plein air. Alors je n’aurai pas « méditer », mais j’aurai mis mon corps en mouvement, dans une conscience, une présence, ça m’aura relié à la source.

Ensuite, ça devient tellement un élément du quotidien comme se laver les dents, que de ne pas le faire ce n’est pas confortable, j’en ai envie… et en même temps si un soir je ne me lave pas les dents avant d’aller au lit ce n’est pas grave, mais le lendemain j’aurai encore plus envie de me les laver… 😉

C’est suivre l’élan, s’accueillir tel que l’on est, s’observer à chaque instant, s’écouter et surtout s’accueillir.

Ne pas se juger surtout, ne pas se mettre dans IL FAUT, dans JE DOIS, même pour des pratiques « spirituelles », sinon on se coupe de la vie, du mouvement, du vivant, et donc de la spiritualité ! on se fige dans d’autres modes. Accueillir sans rien rejeter, chacun ses outils, sa vision, ses pratiques. Pour ceux qui n’en ont pas, il y a des choses qui peuvent être transmises, qui aident, mais surtout prenez ce qui vous vous convient, ce qui vous, vous est facile et suivez votre élan.

Et c’est en revenant à cette présence, en écoutant ses élans et en obéissants (en suivant) les besoins et les propositions de l’être, que vous allez développer de plus en plus ce contact à vous, votre grande présence (la partie en vous qui est sereine et qui sait) et que les choses vont se manifester de la meilleure façon possible pour vous. Ça ne veut pas dire que tout est rose, mais il y a beaucoup plus de rose qu’avant et le moins rose : ce sont des choses qui ont besoin d’émerger, d’être vues, mis à notre perception consciente pour être transformé pour être alchimiser. Et donc c’est vécu d’une tout autre manière, c’est vécu en sachant que ce n’est pas « Marie » qui vit une expérience toute seule sur cette terre en difficulté, et qui ne sait pas comment réagir. C’est Marie qui observe une situation, un événement arriver. Ce qui n’empêche pas d’avoir des émotions de révoltes ou de colères de tristesse, ou l’impression pas y arriver, mais c’est revenir à l’intérieur à soi (cette grande présence) et savoir qu’en fait, je fais partie d’un tout je suis interconnecté et je suis un vecteur qui permet à la source de s’exprimer !

Et à partir de là tout s’apaise, tout devient plus clair et tout se transcende au fur et à mesure…

Je vous remercie Marie pour ces explications

Merci, l’important c’est d’expérimenter de faire des petits pas. On ne sait pas quel va être le pas d’après, c’est déjà de se mettre en mouvement sur la 1ere intuition et puis après le chemin se déploie au fur et à mesure alors faites-vous confiance.

Suivez vos élans et vos intuitions et tout se manifeste au fur et à mesure pour le meilleur pour vous et pour le monde !

Laissez-vous éclore et permettez à d’autre d’en faire autant!

Vous avez aimé: merci de commenter et de partager cet article dans son intégralité  sur les réseaux sociaux (cliquez sur les boutons ci-dessous). ❤️ ❤️ ❤️

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *